Follow

Pour rattraper mes toots de retard, je vous propose une visite guidée de mon atelier de sérigraphie (enfin celui de mon école)

Bon déjà la sérigraphie c'est quoi ? C'est une technique d'impression qui fonctionne un peu sur le principe du pochoir, et qui permet d'imprimer sur à peu près n'importe quel support (papier, tissus, métal, plastique, etc)

Pour créer le "pochoir", on a besoin d'un châssis (photo 1) entoilé avec un tissus très fin (à l'origine de la soie) sur lequel on va appliquer un mélange photosensible. La première étape va consister à insoler le châssis avec l'image que l'on veut imprimer au préalable reproduite sur un calque noir (appelé typon) (photo 2 : salle d'insolation)

La lumière va venir fixer le mélange photosensible sur la toile là où elle n'est pas masquée par les parties noir de l'image que l'on veut imprimer. Une fois insolé, on passe un petit coup de karcher pour enlever le produit qui n'a pas été exposé à la lumière, et révéler l'image. Une fois ceci fait on peut passer à l'impression en elle-même. On utilise des encres à solvant pour nos tirages dans notre école, on a tout ça à disposition.

Je vais peut-être pas expliquer l'impression en elle-même parce que ça serait un peu chiant sans image, mais on utilise ces tables aspirantes où on vient fixer le châssis. (ça c'est la plus grande, et il y en a deux autres de taille moyenne)

On applique l'encre sur le châssis avec les racles que l'on voit accrochées au mur à droite, avec le support à imprimer dessous. C'est assez long parce qu'on imprime manuellement feuille par feuille. On a des grilles à disposition pour laisser sécher les tirages. Le séchage est plutôt rapide avec les encres à solvant, mais pendant l'impression c'est bien d'avoir un endroit ou les stocker temporairement de façon safe.

(Parce qu'on s'en fout partout, je ne vais pas mentir haha) Si on veut faire plusieurs couleurs pour une même image, il suffit de nettoyer le châssis, le sécher et recommencer avec une autre couleur. (ça à l'air rapide dit comme ça mais c'est giga long en vrai il faut refaire tous les calages à chaque changement de couleur)

Une fois qu'on a fini tous les tirages qu'on veut faire d'une même image, il faut dégraver le châssis (c'est à dire enlever l'émulsion photosensible qui s'est fixée pendant l'insolation). Je vais pas rentrer dans les détails parce que c'est pas passionnant mais on utilise successivement 3 produits et plusieurs coups de karcher, et une fois sec, le châssis est prêt à être de nouveau enduit avec l'émulsion photosensible.

Pour finir voilà 2 vues globales de l'atelier.
Sur la 1ère photo : les tables aspirantes, les étagères avec les encres, les racles au mur, des châssis vierges prêts à être enduits sur la petite table au premier plan
Sur la 2e : la même petite table, les deux endroits où l'on nettoie et dégrave les châssis, le matériel etc, avec le karcher au milieu

La porte que l'on voit sur la 2e photo mène à une salle obscure telle qu'on peut en trouver dans les labo photo, c'est là où l'on enduit les châssis et où ils sont stockés avant d'être insolés. (Il y a d'ailleurs les labos photo de l'école juste à côté)

Voilà je crois que j'ai fini, je sais pas si c'était très intéressant. Maybe demain je prendrais des photos de l'impression en elle même pour vous montrer comment ça se passe concrètement si ça peut vous intéresser jsp

C'est partie pour la suite de ce thread où je vais maintenant vous expliquer plus en détail comment on procède à l'impression en elle-même.

Vous vous souvenez de la table d'aspiration ? et bien on vient tout d'abord y fixer le châssis. Sur celle que j'ai utilisé les fixations ressemblent à ça mais sur d'autres modèles elles sont différentes.

Une fois bien en place, on vient protéger les parties qu'on ne veut pas imprimer avec du ruban de masquage et du papier quelconque (et tout autre éventuelle zone du châssis à proximité qui n'a pas été enduite et qui laisserait passer l'encre)

Ensuite il faut procéder au calage : on va placer le typon sous le châssis avec deux bandes de papier scotchées à chaque bout pour pouvoir le déplacer facilement (photo 1), puis replacer le châssis par dessus et bouger le typon jusqu'à ce que le dessins en pochoir du châssis soit calé sur celui du typon (photos 2 on voit le décalage, photo 3 les deux dessins correspondent).

Là on va activer la fonction aspirante de la table (vous voyez les petits points en quadrillage ? c'est eux qui permettent l'aspiration). De cette façon, en re-soulevant le châssis on ne prend pas le risque que le typon bouge. Puis on vient scotcher aux deux coins opposés du typon deux repères pour marquer les angles. Cela permettra de positionner correctement le futur support à imprimer.
On enlève le typon, on place le support à la place et voilà on est enfin prêt à imprimer !

L'encre est préparée à l'avance, elle doit avoir la consistance d'un yahourt brassé et ne pas avoir de grumeaux. On vient la déposer avec une spatule en bas (vers soi) du format à imprimer. Puis on vient passer une racle qu'on garde inclinée à 45° sans trop appuyer sur la toile, afin de la charger en encre, ceci tout en maintenant le châssis légèrement soulevé

On repose le châssis et on fait le geste inverse, en raclant vers soi donc, et cette fois-ci en appuyant très fort au passage. Immédiatement après, il faut recharger la toile en encre, en refaisant le même geste expliqué au toot précédent. Mais pourquoi me direz vous ? Et bien car l'encre sèche très vite et si on ne recharge pas la toile, elle risque de sécher dans le pochoir et altérer les impressions suivantes.

(Désolée les photos ne sont pas forcément très explicites mais c'est compliqué de faire et de prendre une photo en même temps snif)

Une fois ceci fait, vous pouvez soulever complètement le châssis, découvrir votre tirage et l'enlever pour le mettre à sécher sur les grilles de séchage que je vous ai montré la dernière fois. Puis replacer une nouvelle feuille et recommencer l'opération jusqu'à ce que vous ayez fini tous vos tirages (incroyable)

Mais une fois qu'on a fini, on fait quoi ? Et bien il faut nettoyer le châssis. On commence par récupérer l'encre restante avec une spatule pour la remettre dans le pot. Ensuite on enlève tout le ruban de masquage et le papier qui le protégeait, puis on enlève les fixations et on place le châssis dans un bac de lavage où on va le rincer des deux côtés grâce au karcher éteint (pour pas qu'il y ait trop de pression ce qui pourrait endommager le pochoir)

Après ça, on peut :
- soit laisser sécher le châssis tranquillement ou le sécher au sèche-cheveux si on veut refaire un autre tirage avec une autre couleur par exemple
- soit si on a fini tous les tirages dégraver le châssis pour enlever l'émulsion photosensible et pouvoir le réutiliser
(et je vais vous expliquer de suite comment on procède)

Show more

@LemonEstLibre c'est ultra intéressant comme technique d'impression, du coup on doit obtenir un résultat super fin par rapport aux autres méthodes, non?

@Gerris_Lacustris mmh non pas vraiment, c'est intéressant au niveau de l'intensité de la couleur et de la large possibilité de support. Ça donne vraiment de très belles impressions, rien à voir avec les impressions numériques ou offset qui sont assez "froides" et fades. Là y'a un côté jsp, plus chaleureux, ça donne vraiment une âme à l'impression

@LemonEstLibre Ah ok je pensais que le fait d'utiliser la chimie donnait un grain plus fin que la résolution des machines numériques. Donc c'est un peu comme en photo argentique en fait : théoriquement c'est pas forcément plus fin que le numérique mais il y a un rendu différent qui est intéressant et une certaine souplesse des supports (+ ça doit être gratifiant de suivre tout ce procédé, on doit un peu se sentir "artisan" de ses impressions).

@Gerris_Lacustris oui c'est un peu ça ! après on peut obtenir des choses très très fines selon la finesse du maillage des toiles des châssis justement, mais ouais y'a une dimension très artisanale, du moins avec le matériel qu'on utilise dans mon école, parce qu'il existe des machines + sophistiquées pour des utilisations plus industrielles et des gros gros tirages

@Merristasis aaa vraiment ? j'ai l'impression que c'est un peu chiant pourtant mais c'est cool si au moins une personne apprécie !

Show more

@LemonEstLibre C'était intéressant ! Mais ça à l'air plus compliqué que ça parait

@Tictac c'est un peu compliqué au début, mais on s'y fait vite et maintenant ça me paraît simple en fait

Sign in to participate in the conversation
Loultstodon

Mostly French instance - Read full description for rules.